lundi 27 avril 2015

La chute du haut de tableau


(Photo : Icon Sport)


Les grosses écuries du Top 14 font grise mine. Forcément, ce week-end était celui des clubs en course pour le maintien. Ils ont tous gagné sauf Lyon, un message fort alors qu’il ne reste que trois journées de championnat. Les dés sont relancés et l’issue de la phase régulière reste très indécise. Un suspense plutôt agréable vu le jeu produit sur les terrains français ce samedi.


Contraints à prendre des risques



Agrippé à mon canapé, je n’ai même pas eu le temps de souffler que déjà cinq essais étaient inscrits dans ce duel explosif entre La Rochelle et Toulon. Les quelques perles fidjiennes du club de Charente Maritime ont assuré un spectacle digne des grands standards de Super 15. Même scénario à Jean Dauger avec des Bayonnais déchaînés, notamment l’arrière Scott Spedding. On aurait aimé les mêmes envolées à Brive mais le projet corrézien semblait plutôt centré sur le combat et le jeu au près. Face à une équipe clermontoise bien loin de son niveau, Castres a également mis beaucoup de volume. Effet immédiat de ce Top 14 très serré, les clubs en difficultés sont obligés de sortir le grand jeu pour récupérer de précieux points. Et bizarrement, ça marche plutôt bien pour eux puisqu’ils ont mis la fessée à plusieurs prétendants au titre final.


Difficile de jouer sur deux tableaux



Pour Clermont et Toulon, la tête était clairement déjà tournée vers Twickenham et cette finale de Coupe d’Europe 100% Française. Le Racing Metro 92 est tombé dans le traquenard oyonnaxien tandis que Paris a chuté face à un Toulouse qui renait de ses cendres. Des défaites qui viennent pimenter la course à la qualification pour les barrages mais aussi pour les demi-finales puisque les écarts se resserrent en haut de tableau. Il reste encore trois week-ends de Top 14 et si cela continue comme ça, on risque de voir encore de très belles empoignades.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.