lundi 9 mars 2015

Un petit qui rêve en grand...

(Photo : Icon Sport)

Il faisait froid, la pelouse était inexistante sur de nombreuses parcelles du terrain et le public chauffé à blanc, Oyonnax a tout d'un petit club de terroir. Sauf que le "petit" fait désormais partie des grands puisqu'il s'est hissé ce week-end à la cinquième place du Top 14. Christophe Urios a habilement manié la langue de bois durant toute la semaine, parlant d'un exploit et ne se projetant pas sur un dénouement victorieux. Mais ses hommes l'ont fait, ils ont battu le Grand Toulouse et sont désormais engagés dans la course pour une place de barragiste. 


Un groupe et un buteur

 

À l'heure des stars ultra-protéinées qui transforment le rugbyman en un rouleau compresseur, le club de l'Ain a démontré qu'il n'y avait pas que le physique, ni le palmarès qui compte. L'engagement, l'humilité, le courage et le combat sont encore des valeurs qui perdurent dans notre sport même à l'échelon professionnel. Sur le papier et vu la situation toulousaine, on pouvait se dire que la marche serait trop haute pour les hommes de Christophe Urios. Mais finalement, les Rouge et Noir ont gagné. Un match résumé en un combat de tranchées et un duel de buteur. Sauf qu'à ce jeu-là, la patte d'Urios sur les avants et la précision de Benjamin Urdapilleta font bon ménage. Enfin, il faut surtout souligner la force mentale de ce groupe, qui n'est pas le mieux outillé du Top 14, mais qui a le mérite de jouer avec ses forces. Le jeu est peut-être restreint, en témoigne le score étriqué (9-3), mais la victoire est au bout. Si mes souvenirs sont bons, le XV de la Rose a été Champion du monde en 2003 grâce à un incroyable groupe et un buteur exceptionnel...

Oyonnax ne révolutionne pas le rugby, mais il fait son petit bonhomme de chemin sans broncher, ni se pavaner. Désormais, le club est quasiment maintenu et il a même l'opportunité de s'offrir des phases finales inespérées. "Si Oyo finit le championnat dans les six, cela voudra dire que d'autres n'ont pas voulu y aller". Christophe Urios parle de conviction, d'envie, peut-être que c'est ce qu'il manque dans certains clubs de notre championnat. En espérant que cet "exploit" oyonnaxien réveille tout le monde en vu d'une fin de championnat complétement folle !

Arnaud Rey

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.