lundi 2 mars 2015

Les Bleus doivent se rebeller

(Photo : Icon Sport)

Déprimant. Le mot est revenu dans beaucoup de bouches depuis la défaite des Bleus samedi soir face au Pays de Galles (20-13). C'est vrai que le réveil dimanche matin était compliqué. Le bourdonnement des sifflets du tour d'honneur résonnait encore dans ma tête. Je n'arrive toujours pas à comprendre ce qui se passe dans l'esprit de ces joueurs. Sont-ils mauvais ? Évidemment que non ! Ce sont mêmes des grands joueurs ou en devenir. Mais pourquoi brillent-ils en club et s'éteignent en sélection ? Je ne pense pas qu'il s'agisse de physique, ni de rugby, mais plutôt d'un problème d'âme, d'état d'esprit. Ce groupe est terne et ne respire malheureusement pas l'osmose et le plaisir. Les joueurs portent le même maillot mais ils ne jouent pas ensemble. À quelques noms près, je pense que nous avons les hommes, maintenant, il faut une équipe ! 


Prendre le leadership



Thierry Dusautoir semble bien seul à la tête de ce navire à la dérive. Pascal Papé s'est discrédité tout seul et les autres sont trop timorés pour endosser ce rôle de leader. Pourtant, c'est il me semble ce qu'il manque dans ce XV de France. Des leaders de combat, même si Yoann Maestri en prend grandement le chemin, et des leaders de jeu. On ne cesse de le répéter et les blessures n'arrangent pas la donne, mais il faut une charnière fixe qui prend pour de bon les clés du jeu. La réponse ne peut venir que des joueurs, à ce niveau-là et surtout à l'approche et pendant un Mondial, les staff rassurent, conseillent, aident le groupe, mais ce sont les joueurs qui construisent leur aventure. Pour retrouver du plaisir, il faut qu'ils s'accaparent le projet de jeu mis en place par le staff et le sublime avec leurs qualités. Il en va de l'avenir du XV de France. Nous sommes à 200 jours de la Coupe du monde...

Arnaud Rey


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.