lundi 16 février 2015

Dans la tenaille irlandaise

(Photo : Icon Sport)

À la lecture de la presse et des commentaires des supporters français, j'ose une question qui me turlupine : à quoi vous attendiez-vous lors de cet Irlande-France ? Et oui, le miracle n'a pas eu lieu. Mais fort est de constater qu'il y a une classe d'écart entre les deux formations qui se sont affrontées samedi à l'Aviva Stadium. Les Irlandais ont clairement mérité d'être encensés car c'est actuellement une grande équipe. Mieux organisée, plus efficace et surtout moins fébrile que les Bleus. Pour autant, le XV de France n'a pas démérité du tout mais il y a deux, trois choses graves qui clochent et qu'il va falloir régler au plus vite. À la différence de Philippe Saint-André qui n'a pas eu de gêne à balancer ses joueurs dans la presse, je tairais tout nom. Après tout, on juge une équipe et non des individualités...


Mieux que contre l'Écosse ?


Oui ! N'ayons pas peur de le dire, les Français ont plus que résisté face à la troisième nation mondiale. Meilleurs en défenses et toujours aussi bons en conquêtes, les Bleus n'ont pas montré que des mauvaises choses. Mais l'indiscipline et le manque de conviction en attaque ont cruellement fait tâche. 14 pénalités et 9 en-avants sont des statistiques indignes du niveau international. Pire, le geste du deuxième-ligne parisien est le symbole même de cette bêtise qui a animé les Bleus pendant près de 60 minutes. Mais pourquoi font-ils ces fautes ? Je pense qu'il y a un vrai manque de confiance dans ce groupe et un problème d'appropriation du projet de jeu. Devant mon poste de télévision, je n'avais qu'une envie c'est de leur crier "Lâchez-vous !", "Faites-vous plaisir", parce que l'équipe de France c'est avant tout un honneur et une récompense. Sauf qu'en voyant la mine triste et défaite du sélectionneur, je ne vois pas comment on peut retrouver le sourire.


Quelles solutions pour battre les Gallois ?


Je pense qu'il faut profiter de cette troisième rencontre du Tournoi des VI Nations pour donner une chance à d'autres joueurs comme Dimitri Szarzewski ou Thomas Domingo. Et il faudrait aussi à mon goût récompenser les remplaçants qui ont effectué une entrée tonitruante face à l'Irlande. Rémy Lamerat, Uini Atonio, Vincent Debaty, Romain Taofifenua et Morgan Parra en tête de gondole ! De toute façon, le Grand Chelem est foutu et le principal c'est qu'à la fin des cinq matchs, il y est un groupe de 30 joueurs indéboulonnable pour préparer la Coupe du monde. Sur le mal français, à savoir ce manque de conviction ballon en main et sur l'indiscipline, c'est une histoire de mental. Il faut que les leader de jeu s'affirment et que chacun arrête de jouer pour sa pomme. Parce qu'après tout, le moment où nous nous sommes régalés samedi, c'est lorsque le groupe Bleus s'est rebellé collectivement. Alors retenons ça et lâchons les chevaux pour la réception des Gallois !

Arnaud Rey


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.