lundi 26 janvier 2015

Racing, une première historique !

(Photo : AFP)

Il aura fallu attendre cinq ans pour que les Racingmen brillent sur la scène européenne. Mais la qualification est également historique car le Racing Metro 92 est tout simplement le premier club au classement des huit équipes qualifiées. Les Franciliens sont invaincus dans cette nouvelle compétition européenne. Mais pourquoi explosent-ils cette année ?


La patte des deux Laurent


Le duo d'entraîneurs champion de France en 2013 dévoile désormais l'entendue de son jeu. Après une première saison prometteuse mais inaboutie, Travers et Labit ont trouvé leur rythme de croisière. Le projet de jeu est désormais assimilé, des joueurs se sont imposés aux postes clés et le collectif est beaucoup plus huilé. Laurent Labit cherchait ce match référence qui prouverait que le club francilien a franchit un cap. La déculotté infligée à Northampton samedi (32-8) arrive donc à temps. Une régularité qui a longtemps fait défaut aux Racingmen qui étaient capables de battre n'importe qui mais n'arrivaient pas à réitérer la performance chaque week-end. Désormais, le Racing est dans la cour des grands et joue surtout sur les deux tableaux, Champions Cup et Top 14. 


Un intelligent melting pot


Le recrutement Ciel et Blanc a aussi permis d'apporter une certaine homogénéité dans le groupe francilien. Certes, Jacky Lorenzetti ne cache pas son envie d'attirer des stars comme Jamie Roberts, Juan Imhoff, Jonathan Sexton, Mike Phillips ou pour bientôt Dan Carter. Mais l'ossature de l'équipe recèle surtout de nombreux talents français. Teddy Thomas, Alexandre Dumoulin, Brice Dulin, Eddy Ben Arous, Wenceslas Lauret, Bernard Le Roux ont certes été sélectionnés pour préparer les VI Nations. Mais derrière il ne faut pas oublier qu'il y a des joueurs comme Maxime Machenaud, Antonie Claassen, Marc Andreu, Henry Chavancy, Luc Ducalcon et surtout Dimitri Szarzewski qui y prétendent. Mieux encore, si l'équipe de France n'est pas d'actualité pour eux, Julien Brugnaut, Benjamin Lapeyre, Virgile Lacombe , Benjamin Dambielle et Camille Gérondeau sont plus que des seconds couteaux. Un subtil mélange qui désormais arrive à jouer ensemble et ça fait mal même au Champion d'Angleterre. Maintenant, il faut confirmer en Top 14 et surtout venir à bout des Saracens en quart de finale de Champions Cup.

Arnaud Rey

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.