lundi 10 novembre 2014

L'édito du 10 novembre 2014

Qu'ils font du bien ces sourires et ces regards heureux sur les visages des joueurs du XV de France. On dirait que les Bleus ont retrouvé l'enthousiasme et la solidarité qui leur manquait. Tels des libérateurs, les trois coups de sifflets de Mr Jackson ont clôturé une belle partie de rugby. Alors tout n'est pas parfait, mais la victoire et la manière sont là (car il fallait les contenir les molosses fidjiens !). Sans aller jusqu'à brandir le fameux "French Flair", on ne peut que se satisfaire de voir éclore un garçon comme Teddy Thomas qui a éclaboussé sa première sélection de tout son talent. Un triplé pour un premier match sous le maillot bleu, ce n'est pas une première, mais cela relève tout de même de l'exceptionnel. Surtout pour un minot qui cherchait un club en début de saison... Et que dire de l'arrière, Scott Spedding ! Après avoir ému toute la France du rugby lors de l'annonce de sa sélection, voilà qu'il force le respect de tous ses coéquipiers jusqu'à en gommer ses quelques petites fautes de main. Oui, je vous le dis, ces Bleus-là peuvent nous faire rêver. 
Je vous l'accorde, peut-être que le doux rêve d'une équipe de France apaisée prend le pas sur la raison. Mais il y a des signes qui ne trompent pas. J'ai senti les joueurs heureux d'être sur le pré avec leurs copains pour redorer le blason de leur pays bafoué cet été dans l'hémisphère sud. Ne serait-ce pas ça l'objectif premier de tout joueur de rugby : prendre du plaisir ? J'ai tendance à dire que oui, professionnels et amateurs confondus.
En tout cas, le ciment semble avoir bien pris entre les anciens et les nouveaux Bleus. Le Roux a pris le jeune Ollivon sous son aile, Spedding et Huget ont bien guidé le jeune Thomas pour sa première, sans oublier le tandem Fofana-Dumoulin qui par moment m'a rappelé l'attelage clermontois que formait Wesley avec Aurélien Rougerie. Bien sûr, il n'y a pas que du positif. On peut faire bien mieux en conquête et dans le soutien au porteur de balle, mais ces Bleus-là font plaisir à voir. 
Maintenant, place aux Australiens ! Je n'ai qu'une peur, que l'enthousiasme se brise comme d'habitude après une belle performance. J'ai envie de croire que le XV de France a murit pour savoir enchaîner les victoires... Encore un rêve ? Nous verrons bien. Parce que ne nous voilons pas la face. Devant notre écran, dans les tribunes ou dans un bar avec une pinte de bière, on recherche tous la même chose : des sourires bleus.

Arnaud Rey

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.